Coccinelle Split 1947

coccinelle_splitMembre du club Der Kleiner Panzers, Steve Beecher a accumulé une belle collection de véhicules depuis de nombreuses années. Mais toutes ne possèdent pas une mécanique regorgeant de chevaux, comme le prouve cette Split… Et pas n’importe quelle Split, s’agissant de l’un des 9000 exemplaires construits en 1947!

Texte et photos Stéphane Szantai

Depuis son plus jeune âge, Steve Beecher adore bricoler, l’incitant à s’intéresser aux vieilles Volkswagen une fois le permis de conduire en poche. Il multiplie ainsi les projets VW depuis les années 70, en réalisant la grande majorité des travaux lui-même. Appelez-le au téléphone n’importe quel soir et il y a fort à parier qu’il répondra de son garage, conçu pour accueillir six autos. Il travaille d’ailleurs en ce moment sur un projet insolite, à savoir une petite BMW 700 de 1961… équipée d’un moteur VW 2332 cm3 et d’une paire de carbus Weber 48 IDA! Aucun chantier ne semble l’effrayer, ayant fait ses dents en tant qu’employé de plusieurs concessions Volkswagen dont Precision Motor à Beverly Hills. Parmi ses projets mémorables, on retiendra notamment sa Split bleue de 1952, qui lui a permis de rejoindre les rangs du DKP à la fin des années 90. Figurez-vous qu’il possède la berline, dotée d’un moteur 2.3 et d’une boîte 5 Porsche, depuis 1974! Le véhicule partage l’espace du garage avec un Bus 21 fenêtres de 1966, ainsi qu’une Cox de 1964 grise. Ce véritable “sleeper” avec jantes d’origine et boîte 5 Berg dissimule un 2276 cm3, alimenté par deux carbus de 52 mm et une bouteille de nitrous oxyde ! A cette liste s’ajoute un roadster Ford 1932, que son père possédait en 1948. Steve a toujours su où se trouvait l’auto et a été en mesure de la racheter il y a une dizaine d’années.

Bouche-à-oreille


L’objet de notre attention demeure sa Split de 1947, une rareté ayant une histoire plutôt inhabituelle comme le précise notre héros: « En 2006, je me suis rendu avec mon Bus chez l’un de mes clients (Steve est technicien dans l’industrie laitière). En me voyant arriver à son volant, l’un des employés m’a indiqué qu’un des mécaniciens travaillant dans l’usine possédait une Cox de 1947. J’ai ri intérieurement, pensant qu’il s’agissait d’une erreur et que la VW allait être une 1 303. Nous avons donc été présentés et il s’avère que je connaissais le personnage ; mais je ne savais pas qu’il s’intéressait aux Volkswagen. Il m’a montré une photo de la voiture et il n’y avait aucun doute : il s’agissait bien d’une 47 ! Je lui ai demandé si elle était à vendre ; il m’a dit qu’elle n’avait pas roulé depuis des années et que son épouse souhaitait récupérer une place dans le garage. Après quelques négociations, j’ai pu acheter la Split ! »

Steve a retracé l’historique de la voiture, en remontant jusqu’à 1949 alors qu’elle roule en… Angleterre. Elle restera sur l’île jusqu’en 1986, lorsqu’un militaire américain basé en Allemagne la rachète et l’envoie aux USA. Cet individu s’installe à Orange County, mais la berline languira dans son garage pendant vingt ans, jusqu’au moment où Steve en devient le nouveau propriétaire. Il découvre une base ayant peu de rouille avec toutefois de nombreux panneaux bosselés ou mal réparés. Avant de s’attaquer aux réparations de la tôle, il préfère néanmoins revoir la mécanique, qui en a bien besoin en raison de fuites d’huile. Surprise: en contrôlant le numéro du moteur, notre ami s’aperçoit que le bloc date de 1945! L’ensemble est donc remis en état, tandis que le châssis subit une cure de jouvence, à commencer par le train avant et les freins à câble. Le véhicule peut ainsi rejoindre la route, Steve pouvant enfin envisager de refaire la carrosserie alors simplement recouverte d’un apprêt beige. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n° 323 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.